La chenille et le papillon

On

Un jour, volant dans les bois, j’ai vu une immense chenille multicolore,
qui s’activait à bâtir un cocon…
Je lui demandai : « -Mais que fais-tu petite chenille?
-Je prépare mon nid,  je vais mourir bientôt.
Il ne me reste plus beaucoup de temps. »
Alors je lui demandai quelle avait été sa vie.
« -Ah, tu sais petite colombe, j’ai passé ma vie à me traîner.
Moi, je n’ai jamais eu la chance de voler comme toi.
Et quand les gens me voient, ils se moquent de moi en disant;
« -Regardez là-bas la grosse chenille laide. »
Mais un jour, il y a eu un gentil monsieur qui m’a pris sur son doigt.
Il m’a dit : « -Tu es jolie petite chenille. »
-Je me suis sentie bien pour quelques instants, mais j’ai eu de la difficulté,
à le croire car tous les autres me disaient laide.
Il m’a regardé entre mes antennes et m’a dit :
« -Tu sais petite chenille, quand tu seras grande
Tu seras magnifique », puis, il est parti.
-Là, je suis triste, je vais mourir avant d’avoir été magnifique. »
La colombe la quitta ne sachant plus quoi dire pour la réconforter
Et se promit de revenir la visiter pour lui dire au revoir.
Quelques jours plus tard la colombe revint auprès du cocon… il était vide.
Elle se sentit triste de n’avoir pas pu dire au revoir à son amie.
Un peu plus loin se posa un magnifique papillon qui lui demanda :
« -Mais… que cherches-tu? ma belle colombe.
-Je cherche mon amie la chenille. J’étais venue lui dire au revoir.
-Ne cherche plus colombe je suis là, devant toi.
J’ai fais un très beau rêve et maintenant je peux voler.
Je me suis regardée dans une flaque d’eau et j’ai vu que j’avais changé.
Mais j’ai encore de la difficulté à me reconnaître…
Tu sais le gentil monsieur m’avait prédit que je deviendrais jolie,
il avait lu dans mon cœur.
Quand mon cœur s’est ouvert pendant que je dormais,
tout mon corps s’est transformé en papillon.
Et maintenant je peux voler et m’amuser.
Et quand les gens me voient ils disent : « -Regardez, regardez là-bas
Quel magnifique papillon .»…
Je me retourne aussi, pour regarder, et je me rends compte,
que c’est de moi qu’ils parlent.
Parfois je trouve difficile, petite colombe, que les gens me voient.
Oui, avant j’étais chenille et je passais inaperçue, et maintenant,
les gens voient briller mon cœur au travers de mes ailes.
-Ton cœur a toujours brillé petit papillon,
c’est seulement toi qui ne le sentait pas.
La vrai beauté vient de l’intérieur, il n’appartient qu’à nous
de prendre la décision de la laisser briller vers l’extérieur,
et accepter de la  montrer aux autres. »
Sur ce, notre colombe s’envola…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *